Tag Archives: vanités

Hans Holbein l’Ancien et le Jeune

oldschool-holbein

Hans Holbein (l’Ancien) – 1460 ; Ausbourg en Bavière -1524 ; Issenheim en Alsace) avait bien compris une chose, qu’on meurt tous, et que c’est par la famille qu’on devient immortel. Il a donc appelé son fils tout comme lui, Hans Holbein (le Jeune) [1497 ; Ausbourg – 1543 ; Londres. Mais ce dernier n’a pas suivi, désolé l’Ancien.

C’est la fête des morts en ce moment. En France, et en Europe en général, on la joue morne. Face au sol, on regarde ses pieds et on se tait. Une pensée pour les anciens et basta. Au Mexique par contre, on fait la fête pour eux. On se déguise, on boit, on danse. Plutôt qu’être triste, festoyons avec nos morts, une ripaille annuelle avec nos ancêtres.

C’est peut-être ce que pensait nos deux joyeux lurons susnommés. Mais ils n’étaient pas Mexicains, et n’ont très sûrement jamais mis leurs pieds autre part que sur le vieux Continent. C’est donc peu probable. Non, eux, ils dansaient avec les morts pour se rappeler qu’ils allaient mourir et pas forcément quand ils s’y attendraient. Les castes, l’argent, l’art, la beauté, le savoir, les sciences, tous les biens matériels et immatériels, le pouvoir, tout ça, c’est bien peu de choses face à la Mort. On crèvera tous la gueule ouverte, à en vouloir toujours plus. Alors qu’il suffit de danser avec la Mort, lui prendre la main et lui faire oublier son sinistre métier le temps d’un moment, flirter avec elle pour lui plaire et qu’elle ne veuille pas nous dire adieu de si bonne heure. Elle viendra vous rendre visite, faites-lui passer un moment agréable et elle vous dira à dans longtemps.

Nos deux Hans Holbein ici présents avait bien compris tout cela. Et ils ont cherché à faire passer leur message à travers leurs gravures. « Memento mori », « Souviens-toi que tu mourras ». A vous de bien remplir cette Vie pour ne pas le regretter quand vous mourrez. On peut faire le choix de s’en remettre à dieu, lui faire plaisir, vivre de façon pieuse, vivre à moitié sous la peur et la crainte d’un être que personne n’a jamais vu. Une chose est pourtant sûre, la Mort existe. Alors on peut décider de se souvenir de cette maxime souvent écrite sur les trousses des collégiens, la vérité vient du tipex des adolescents. Une phrase que les hédonistes, au travers les siècles, ont eu comme leitmotiv et qui s’est banalisée au fil du temps, mais je me lance, et je vous la dit : « Carpe diem », vivez l’instant présent.

Amen


oldschool-holbein

oldschool-holbein

oldschool-holbein

oldschool-holbein

oldschool-holbein

oldschool-holbein

oldschool-holbein

oldschool-holbein

oldschool-holbein

Advertisements
Tagged , , , , , , , , , , ,