Tag Archives: illustration

Giovanni Battista Bracelli

Que dire de Giovanno Battista Bracelli, à priori né à Gênes en 1584 puis basé entre Florence et Rome ? J’ai essayé d’écrire un article sur son travail, mais rien à faire, l’inspiration ne venait pas.

J’ai d’abord essayé d’être drôle en créant un lien entre ses dessins et l’affolante absurdité des brocantes. Depuis peu installé dans un nouvel appartement, et pour contrer l’effet appartement IKEA témoin, mon colocataire et moi avions pour idée de chiner, c’est tellement cool. Mais à moins de vouloir se meubler à l’aide de vieilles clefs oubliées du siècle dernier, des mono-tréteaux dépareillés, de pelles et de pioches, de cannes boiteuses, de clochettes à soubrette, de vieilles casseroles percées, de lampes dénudées ou bien encore de vieille argenterie d’un lointain bisaïeul d’un goût douteux, il est difficile d’y trouver son bonheur. Le rapprochement était que Giovanni, lui, l’a trouvé (le bonheur) parmi tous ces objets, alors rendus utiles. Angle d’attaque malhabile, je serais tombé mi-côté-mi-eau.

J’ai ensuite voulu vous impressionner en me faisant passer pour un docteur ès «goût des humains pour les robots» en (proclamant) ÉRIGEANT Giovanni comme le premier à avoir inventé ce principe. Bien mauvaise idée, je vous aurais trompé, chose que je ne fais jamais lors d’une relation naissante. En fait, avec un peu plus de réflexion, on se rappelle vite que cette idée existe depuis l’Antiquité, ne serait-ce que par Galatée, la statue de Pygmalion devenue humaine. Une sorte de Pinocchio en plus classe, sans écharde et surtout avec un vagin, elle lui a fait deux mioches… Mais l’histoire ne dit pas ce qu’il se passait quand elle mentait…

Pour vous la faire courte, c’est le recueil Bizarrie di varie figure (paru plus ou moins en 1624 à Florence) qui a rendu mémorable le peintre-graveur Italien. Il présente différentes séries de dessins. Deux d’entre elles nous intéressent ici : des compositions humaines à base de bric et de broc de brocante ou de chantier BTP ainsi que des figurations plus abstraites, utilisant uniquement des formes géométriques. Simplification minimaliste du corps humain ou tergiversation d’amplification anatomique ? Je mise la carpette sur la tergiversation car le résultat est un final, et non pas une simple étape de création.

Pas précurseur de la passion des humains pour les objets animés par une vie fantasmée mais précurseur de style. En effet, il a fallu attendre 1928 pour que son travail soit remarqué et sorte de l’oubli grâce à un article paru dans L’Amateur d’estampes. Il aurait ainsi inspiré les surréalistes, voir même les cubistes, par son style… cubique et par sa finesse, car de l’humour, il en a parsemé ses dessins, regardez-bien. Je me permets même une corrélation avec Keith Harring sur un de ses visuels

Comme quoi, tout ne vient pas à point à qui sait attendre. À trop attendre, on se souvient de vous quand même les vers vous ont oublié, alors n’attendez plus, faites vous remarquer dès maintenant.

P.S. : et parce que je sais qu’il y a ici des amoureux de la calligraphie, jetez-donc un oeil sur son Alfabeto figurato. Gang-bang lettré ou partouze littéraire… Peut-être que cette fois-ci je ne me trompe pas si je dis qu’il était le premier à l’avoir fait ?

article paru sur Jekyll & Hyde le 10 septembre 2012

http://jekyllethyde.fr/2012/10/old-school-giovanni-battista-bracelli/

Advertisements
Tagged , , , , , , ,

Wenzel Jamnitzer I

« Je vous prendrais un Viennois à emporter s’il vous plaît. »

Comme son prénom ne l’indique pas, Wenzel était un « warmes kaninchen », tenez-le vous pour dit. Il a fait 7 garçons et 4 filles à sa femme, Anna Braunreuchin. En même temps, à cette époque là, il fallait bien s’occuper et se réchauffer l’hiver et quoi de mieux que la chaleur de la lourde poitrine et la douceur des bonnes cuisses velues de sa femme pour ça ?

Et l’été, sûrement pour prétexter auprès de sa femme que non, une bonne fois pour toute, il fallait qu’elle comprenne qu’il n’avait pas le temps, ni de changer la couche de la dernière venue, ni d’habiller le benjamin, encore moins de donner le sein à ce braillard de glouton toujours affamé au milieu de la nuit, il s’était trouvé une excuse qu’il pensait imparable : l’orfèvrerie et le Conseil de la ville. Mais ça ne suffisait toujours pas à sa femme, elle continuait à l’emmerder, alors il s’est mis aux mathématiques et aux perspectives de polyèdres, elle en est restée coi et est retournée à ses fourneaux.

Au vu de ses dessins, on peut se dire qu’il percevait beaucoup et ça devait lui prendre un sacré bout de temps. Il en voyait des choses l’ami, et pas des plus simples. Formes complexes, beautés graphiques indémodables. Esquisses géométriques mises en scène, bordels ordonnés et déterminés. L’aléatoire passe à la trappe, la précision affutée est mise en exergue. Il retranscrit ici les cinq solides de Platon selon sa philosophie : chaque élément (air, eau, feu, terre) correspond à un solide, le cinquième étant “l’éther”, c’est à dire l’univers qui englobe les quatre autres. Wenzel transforme ici l’univers en Paradis. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Solide_de_Platon)

Peut-être mauvais mari, mais un très bon trait de crayon l’ami Wenzel. Et qui sait, il était peut-être aussi un bon amant ?

P.S. : je ne vous recommande que trop chaudement d’aller voir également son travail d’orfèvre pour lequel il était le plus reconnu, il en a même gagné une rente à vie pour la famille Jamnitzer, directement de la bourse de Rodolphe II du Saint Empire, Empereur du Saint-Empire romain germanique, roi de Bohême et roi d’Hongrie.

Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568 d

Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568 a

Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568 e

Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568 c

Ignis titlepage - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Le Feu
Tétrahèdre

Ignis (a) - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Ignis - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Aer titlepage - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

La Terre
Hexaèdre aka le Cube

Terra (b) - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Terra (c) - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Aqua titepage - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

L’Air
L’Octaèdre

Aer - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Aer (a) - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Terra titlepage - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Le Paradis
Dodécaèdre

Coelum (b) - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Coelum (c) - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

L’Eau
Icosaèdre

Aqua (a) - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Aqua (c) - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568

Coelum textless titlepage - Perspectiva Corporum Regularium -  Wenzel Jamnitzer 1568 (from British Museum)

Et en bonus un portrait réalisé par Nicolas de Neufchatel vers 1562 :

 weekly artworks - Wenzel Jamnitzer 1

article paru sur Jekyll & Hyde le 10 septembre 2012

http://jekyllethyde.fr/2012/09/old-school-wenzel-jamnitzer-1/

Tagged , , , , , ,

Arent van Bolten

Pris dans un abîme de bizarrerie picturale, je suis tombé sur les travaux d’Arent van Bolten, né à Zwolle, capitale de la province d’Overijssel (aujourd’hui tout du moins) aux Pays-Bas, aux alentours de 1573, mort en 1624/26, forcément quelque part. Orfèvre, sculpteur mais surtout dessinateur. C’est ce pourquoi il est le plus connu. Ses dessins ont été rassemblés dans un livre par un de ses contemporains inconnu, vous pourrez vous en allumer un à sa mémoire.

Scènes mythologiques, bibliques, paysannes. Son champ d’action est varié, mais ce qui nous intéresse le plus, nous, adorateur de l’étrange et du dérageant, c’est son bestiaire.

Les créateurs de chez Pixar peuvent aller se rhabiller avec leur bêtes mignonnes et enfantines. Nous nous trouvons dans un parc zoologique imaginaire, un grotesque sombre et malsain. A la limite de la vulgarité, de l’obscénité par moment. Le graveleux a toujours existé, voir il a été un art « noble », c’est tout de même d’un « Van » Néerlandais dont nous parlons ici.

Des bêtes curieuses, mystiques areligieuses, patchworks anatomiques irréels. Des objets humanisés et des humains inhumains. Attention ! Ne pensez pas que les bêtes ici présentes ont existé, ce ne sont pas des espèces exotiques disparues par la faute de la cupidité humaine. Non, tout cela sort d’un cerveau, un brin dérangé à mon humble avis.

Plusieurs de ses dessins ont été gravés puis imprimés par Pierre Firens, à Paris, entre 1604 et 1616. Selon une source, le dessin avec les deux singes, aurait été créé par Pierre Firens lui-même. Il aurait en effet rassemblé deux « monstres » d’Arent, sur lesquels il a fait s’asseoir des singes, dont un ayant des soucis de flatulences… Par soucis esthétique et de subtilité sans doute.

Certains de ses dessins ont également été concrétisé en sculpture, toujours par Monsieur Van Bolten, en bronze. Sortes d’Art Toys d’antan.

La folie a toujours existé, soyons en certain.

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

old school - arent van bolten

article paru le 28 août 2012 sur le site Jekyll & Hyde

http://jekyllethyde.fr/2012/08/old-school-arent-van-bolten/

Tagged , , , , , ,